KAYAK ONE

26N_KAYAK_wideweb__470x293,0

 

 

 

 

 

 

 

Solal Bouloudnine  metteur-en scène
Maxime Mikolajczak, Olivier Veillon comédiens

Ahmad Compaoré, Jean-marc Montera guitariste
Baptiste Amann dramaturge
Quentin Caille ingénieur son
Gaspard Pinta scénographe 
Claire Nollez production – diffusion
distribution en cours

avec le soutien du GRIM – Marseille

 

 

LE PROJET

KAYAK ONE est un projet théâtral pour un comédien, mélant vidéo, musique live et installation mécanique. Il prend pour appui le documentaire Solo : lost at the sea de David Michod et Jennifer Peedom.

LE DOCUMENTAIRE

En janvier 2007, l’aventurier australien Andrew McAuley entreprend la traversée de la mer de Tasman en kayak. Son objectif  était de couvrir en un mois les 1 600 kilomètres séparant la côte est de la Tasmanie et le sud de la Nouvelle-Zélande.

Les arrangements fait sur son kayak de mer Mirage de sept mètres restaient cependant sommaires. Il disposait d’une ancre flottante, de la possibilité de s’allonger dans le kayak et de fermer la trappe avec un bulbe de fibre de verre (qu’il surnommera « Casper ). La trappe était équipé d’un ventilateur d’air, ce qui lui permettait de se redresse instantanément après un chavirage. Il s’attendait en effet à côtoyer des tempêtes et des vagues violentes, inévitables dans cette partie de l’océan. Il gardait le contact avec l’Australie grâce à un téléphone satellitaire qui lui permettait de transmettre et de recevoir des messages textuels et notamment les prévisions météorologiques.

Après des adieux déchirants avec sa femme et son fils, il embarque sur son kayak le 2 Décembre 2006. Mais deux jours plus tard, en raison de difficulté à maintenir une température assez chaude à l’intérieur du kayak, il interrompt son voyage .

svKAYAKER_wideweb__470x299,0

La deuxième tentative aura lieu le 11 janvier 2007. Durant son périple Andrew Mcauley livre à sa caméra ses angoisses, ses peurs et ses questionnement. Le 9 février, après trente jours de voyage, un appel de détresse est enregistré par les gardes-côtes néo-zélandais : « Est-ce que vous me recevez ? Ici Kayak one. Est-ce que vous me recevez ? Terminé. J’ai besoin d’aide d’urgence. Je suis dans un kayak a environ 30 kilomètres de Milford Sound. J’ai besoin de secours. Mon kayak coule. Je suis tombé dans l’eau. Je m’enfonce ».

Tout en vérifiant avec la famille qu’il ne s’agisse pas d’un canular, les gardes-côtes vont faire des recherches en hélicoptère. Ceux-ci vont localiser son kayak vide, flottant en partie inondé, le 10 février à seulement 54 kilomètres de sa destination de Milford Sound.